NEWSLETTER


Inscrivez-vous à la Newsletter pour recevoir les actualités de votre portail de territoire :


 


En poursuivant votre navigation sur ce site vous devez accepter l'utilisation et l'écriture de coockies sur votre appareil connecté. Ces coockies (petits fichiers texte) permettent de suivre votre navigation, vous reconnaitre lors de votre prochaine visite et sécuriser votre connection. En savoir plus

J'accepte

Le Dossier

Les mineurs de fond, l'emblême des habitants des Hauts-de-France

3 - Le statut particulier de mineur : « La Grande Victoire »


 Au lendemain de la guerre 1939-1945, la France va devoir se reconstruire. Les mineurs, eux, sont bien évidemment réquisitionnés, considérés aux yeux du Général Charles de Gaulle comme les premiers ouvriers de France. Qui dit premier ouvrier de France, dit responsabilité colossale : redresser le pays et son économie grâce à la Bataille du charbon.

C’est une loi, datant du 17 mai 1946, qui fixe le sort des houillières françaises en nationalisant les compagnies minières : les Charbonnages de France en tant qu’établissement public central et les Houillères de bassin assurant la production, l’exploitation et la vente de la houille. Ce nouveau statut réservé aux exploitations survient juste après le statut donné aux salariés, le 14 février 1946 : embauche et licenciement, conditions de titularisation, durée de travail, hiérarchie professionnelle et conditions de rémunération, congés payés, avantages en nature, exercice du droit syndical, formation professionnelle, bourses pour frais d’études…

En plus de cela, les mineurs disposaient d’avantages en nature avec du charbon et un logement. Bien évidemment, ces acquis ne sont rien à côté du danger omniprésent du travailleur au quotidien. Ce statut, très particulier, est complété également par un régime de santé, notamment à cause du fléau provoqué par la silicose, qui touchera des milliers de mineurs. Le décret du 27 novembre 1946 organise la Sécurité Sociale minière qui assure aux mineurs et à leur famille une médecine de qualité. Douze sociétés de secours minières, réparties de Valenciennes à Auchel, permettent à chaque mineur de disposer ainsi près de chez lui d’un dispensaire avec des médecins et infirmières, mais aussi de consultations de nourrissons.


Votre avis


Veuillez patienter le temps que l'image s'affiche...
Web tv

Vidéos associées

Pas de vidéo pour cet article

Lire aussi

1 - LA GRANDE HISTOIRE (1/2)

L’univers de la mine a toujours tenu une place singulière dans la société française. C’est dans la région, du côt ...

2 - LA GRANDE HISTOIRE (2/2)

 De nouveau, le sol du département est fouillé en tous sens, mais toujours sans succès. En 1840, les chercheurs, découragés, abandonnent la partie. On est po ...

4 – La disparition du métier, en 1990

 La grande Histoire des Mineurs n’a cependant pas échappé aux drames humains. Si la sécurité, leur statut avait totalement changé suites à la ca ...

5 – L’entretien de la mémoire des mineurs aujourd’hui

 Beaucoup de récits retracent le quotidien des ouvriers de la mine. Même si, au travers des personnes sollicitées, nous avons pu constater à quel point ces mineurs g ...

6 - Les anciens Mineurs, toujours en vie : sont-ils nostalgiques ? (VIDÉO)

 Pour bien comprendre comment les mineurs se remémorent cette période, nous sommes allés en rencontrer plusieurs, notamment du côté de Lewarde, Lens et Li&eac ...

Réalisé avec l'aide du ministère de la Culture et de la Communication

ministère de la Culture et de la CommunicationLes Portails du sud du Nord Pas de Calais