NEWSLETTER


Inscrivez-vous à la Newsletter pour recevoir les actualités de votre portail de territoire :


 


En poursuivant votre navigation sur ce site vous devez accepter l'utilisation et l'écriture de coockies sur votre appareil connecté. Ces coockies (petits fichiers texte) permettent de suivre votre navigation, vous reconnaitre lors de votre prochaine visite et sécuriser votre connection. En savoir plus

J'accepte
Sur le terrain

LEWARDE : L'exposition "Entre-deux, l'immigration dans le Bassin minier du Nord-Pas-de-Calais, 1919-1939" au Centre Historique Minier.

1919-1939 : entre deux guerres, entre deux pays, plus de 200 000 immigrés arrivent dans le Bassin minier du Nord-Pas de Calais pour participer à la reconstruction de la France. Polonais, Italiens et Tchécoslovaques viennent dans le cadre d’accords entre états, et d’autres nationalités leur emboîtent le pas. Que vit-on et que ressent-on lorsque l’on part vers l’inconnu pour fuir la misère, à la recherche d’une vie meilleure, avec pour beaucoup l’intention de revenir un jour au pays ?


Par François Greuez

Partager cette actualité avec mes ami(e)s sur Facebook !

La Première Guerre mondiale laisse le Bassin minier du Nord-Pas de Calais dans un état désastreux. Les installations sont détruites et la main-d’œuvre décimée. La France se tourne alors vers les autres pays d’Europe et signe avec certains des conventions d’immigration.

L’accord du 3 septembre 1919 passé avec la Pologne entraîne l’arrivée de 200 000 Polonais pour travailler dans les mines
du Nord-Pas-de-Calais. Très vite, d’autres nationalités arrivent suite aux accords du 30 septembre 1919 avec l’Italie, puis ceux avec la Tchécoslovaquie le 20 mars 1920.

Cette immigration organisée par l’État sera rapidement prise en charge par le patronat puisque ce sont le Comité central des Houillères de France et la Société Générale d’Immigration qui vont gérer le recrutement, y compris dans les pays concernés.

Après leur arrivée dans le centre de Toul en Meurthe-et-Moselle, les travailleurs immigrés, hommes et femmes, sont envoyés dans les différents bassins miniers pour recevoir leurs affectations dans les fosses. Dans certaines fosses du Pas-de-Calais, plus de la moitié des effectifs seront constitués d’ouvriers étrangers.

Même si la plupart des familles recréent des communautés dans les cités minières pour parler leur langue et perpétuer leurs traditions en espérant retourner au pays, elles s’installent petit à petit en contribuant financièrement par exemple à l’édification des églises polonaises, et en apportant de plus en plus leur propre culture qui se mêlera à celle des habitants autochtones du Bassin minier, par le biais de la musique, de la danse, de la cuisine…

Néanmoins, la crise des années 1930 entraînera des mouvements de grève qui iront jusqu’à l’expulsion de mineurs polonais renvoyés dans leur pays.

L’exposition Entre-deux, grâce à de nombreux témoignages, documents d’archives, photographies et objets des collections du Centre Historique Minier, revient sur l’histoire de ces hommes et de ces femmes qui ont tout quitté pour venir travailler dans le Bassin minier en apportant leur culture et leurs traditions, présentes encore aujourd’hui.


 

Renseignements pratiques

Horaires d’ouverture : du 2 septembre au 14 novembre 2019, tous les jours, de 9h à 19h30*. Puis du 15 novembre au 31 décembre 2019, du lundi au samedi, de 13h à 19h* et les dimanches, vacances scolaires (toutes zones) et jours fériés de 10h à 19h*. Le musée est fermé le 25 décembre.

* La billetterie ferme deux heures avant.

Tarifs : pour l’exposition : 6,70€ (ce tarif donne également accès à l’ensemble des expositions thématiques, hors visite guidée dans les galeries).

Pour l’ensemble du site (visite guidée, visite libre et rencontre-témoignage) : 14,30€ – 8,50€.

 

 

 

Veuillez patienter le temps que l'image s'affiche...
Web tv

Vidéos associées

Pas de vidéo pour cet article

Retour

Autres articles :

DOUAI : Une Charte pause méridienne pour développer la qualité des accueils périscolaires proposés aux enfants et aux familles.
Par François Greuez
La ville de Douai s’est fixé, depuis de nombreuses années, l’objectif de développer la qualité des accueils périscolaires proposés aux enfants et aux familles.

Le 20 Septembre 2019

DOUAI : Le centre hospitalier possède un espace nature
Par François Greuez
La maternité du Centre Hospitalier de Douai a mis en place une « filière physiologique » pour répondre à la demande de plus en plus importante des futures mamans et des couples souhaitant une alternative à la médicalisation de l’accouchement.

Le 20 Septembre 2019

DOUAI : World CleanUp Day, où nettoyer la nature?
Par François Greuez
Douai se mobilise pour la journée mondiale du nettoyage de notre planète, samedi 21 septembre 2019.

Le 20 Septembre 2019

DOUAISIS : Bougez autrement, journée de la mobilité électrique.
Par François Greuez
La Communauté de Communes Cœur d'Ostrevent, en partenariat avec la commune de Monchecourt, organise la 5ème édition de "Bougez Autrement" le samedi 21 septembre 2019 de 10h à 19h au Parc Saint-Roch de Monchecourt.

Le 19 Septembre 2019

ORCHIES : Le lycée Notre Dame de la Providence ouvre sa nouvelle Unité de formation des apprentis (UFA).
Par François Greuez
Le lycée Notre Dame de la Providence a ouvert depuis la rentrée, sa nouvelle Unité de formation des apprentis (UFA). Les futures locaux vont être livrés pour Janvier 2020, sur l'ancien magasin Gitem.

Le 17 Septembre 2019

Réalisé avec l'aide du ministère de la Culture et de la Communication

ministère de la Culture et de la CommunicationLes Portails du sud du Nord Pas de Calais